Le Prieuré

Situation

Le prieuré de CHÂTENOIS domine la localité sur une hauteur située à 380 mètres d'altitude entre la ville et le château féodal aujourd'hui disparu. Il est accolé à l'église.

Construction

Alors que Gérard d'Alsace, comte de CHÂTENOIS vient d’accéder au titre de duc de Lorraine en 1048, son épouse Hadwige de NAMUR fonde en dessous du château de son mari, un prieuré dédié à SAINT-PIERRE. Dépendant de l'abbaye SAINT-PIERRE de TOUL, puis de l'abbaye de MOLESME. En 1114 à la demande du duc THIERRY II, CHÂTENOIS est rendu à l'abbaye de TOUL. Vers 1450 le prieur Thierry de LIGNEVILLE contribue à l'agrandissement territorial et au prestige du prieuré. On lui dit un ouvrage aujourd'hui disparu établissant le cartulaire des biens dit « LIVRE ROUGE ».
En 1636 la réforme de SAINT-VANNE est introduite à CHÂTENOIS par le prieur Regnaud de MAULEON DE LA BASTIDE. Le XVII° siècle est émaillés de multiples procès qui vont nuire à sa prospérité mais qui aussi empêcheront la Réforme de prendre pied dans la région. An 1638, CHÂTENOIS, sous l'autorité de son illustre prieur le cardinal de MAZARIN va bénéficier du privilège d'être représenté en cour à ROME. D'après la tradition l'église SAINT-PIERRE de CHÂTENOIS aurait reçu les restes mortels de Gérard d'Alsace et de son épouse. En 1812, l'empereur d'AUTRICHE, qui rappelons le est le descendant des ducs de Lorraine va financer des fouilles dans l’espoir de retrouver des cendres de ces lointains aïeuls. Les recherches resteront vaines. Vendu comme bien de la Nation à la Révolution française, le prieuré est en partie détruit. Une nouvelle église est construite au XIX° siècle et les parties historiques restantes servaient encore il y a peu de temps de presbytère.

Descriptif

Au sommet du coteau, le prieuré formait un corps de logis d’environ 70 mètres de face avec deux ailes qui rejoignaient l’église.
Au rez-de-chaussée se trouvaient la sacristie, les pièces de vie communautaires, la cuisine, le réfectoire ainsi que 3 chambres.
Deux escaliers conduisaient aux chambres ainsi qu’à la bibliothèque. Le reste des bâtiments était réservé à la basse-cour et aux dépendances, écuries, étables, pressoir et un jardin médiéval.

Dotations

Les Ducs de Lorraine et les Seigneurs s’intéressent au Prieuré et en augmentent les biens par des Dotations. Un des Prieurs, Thierry de Lignéville (vers 1450 et après 1465) semble avoir été un des plus importants donateurs. Gérard régnait depuis plus de vingt ans lorsque plusieurs Seigneurs Lorrains formèrent contre lui une nouvelle ligue. Le Duc s’étant rendu à Remiremont, peut-être pour surveiller de plus près les menées des conjurés, fut certainement empoisonné le 11 août 1070, par un émissaire de ses ennemis. Gérard fut enterré dans l’église de Remiremont.

Hadwide de Namur décède...

Hadwide de Namur décède le 28 janvier 1080.
Le père Benoit PICARD, capucin de Toul né vers 1580, nous rapporte que le monument d’Hadwide était indiqué par une pierre tombale, et par une épitaphe placée au XVI° siècle, contre le mur du cloître au bas-côté de gauche, auprès de celle de Thierry le Vaillant.

Toi viateur, scai tu qu’icy repose
Pose ton pas et lis cette écriture
Hà ce n’est pas de basse créature
Le corps, cerle comme le lieu suppose !
C’est Havois de Lorraine Duchesse
Laquelle pleine de Grande largesse
Construit le cloître l’an MLXIX
Elle le fit tout neuf.

On observe que la Duchesse portait une robe longue unie sans ceinture, surmontée d’un grand manteau attaché devant par un cordon. Quant à Thierry, son fils décédé en 1115, la tombe reproduite par Dom Calmet, la montre couronné, vêtu d’un long manteau, une palme à la main avec une bourse accrochée à sa ceinture.

Incendie du Prieuré

Un incendie se produisit pendant la guerre de 30 ans... (cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus)

La Guerre de 30 ans

Vue aérienne

Vue aérienne de l'église et du Prieuré

Les caves

Le Prieuré de Châtenois fut également un lieu de protection lors d'invasions par l'ennemi à travers l'histoire. Les habitants trouvèrent refuge dans le Prieuré. Les caves faisaient office de garde-manger et d’abri. Certaines portes murées laissent penser à un éventuel souterrain reliant le Prieuré au château... (à lire)